Hébergeur plus rapide ou blog plus optimisé ?

Pour héberger un blog WordPress aujourd’hui, il y a un nombre impressionnant de solutions, à tous les prix. De l’officielle WordPress.com — utilisée pour ce blog — au premier hébergeur venu en passant par les hébergeurs spécialisés, il y a des dizaines et des dizaines d’offres spécialisés. Pour mon blog personnel, j’ai toujours opté pour les hébergements mutualisés les moins chers possibles. D’abord chez OVH et puis, depuis quelques mois, chez Web4All, un hébergeur associatif qui me donnait d’ailleurs entière satisfaction. Ce n’est pas seulement qu’ils étaient moins chers et plus performants que le numéro un français (voire plus) du genre, mais en plus en ils en donnaient plus et puisqu’il s’agit d’une toute petite structure, ils sont accessibles pour répondre aux questions. Un hébergeur humain et pas cher, voilà une excellente combinaison et je les recommande à tous ceux qui veulent ouvrir un site et qui n’ont pas de trafic énorme.

web4all

J’étais très content chez cet hébergeur et, après un travail assez simple d’optimisation que j’ai déjà commencé à évoquer et qui doit faire l’objet d’autres articles encore, j’avais réussi à obtenir d’excellents résultats. Malgré des images Retina assez lourdes sur la page d’accueil du site et dans chaque article, j’étais arrivé à des temps de chargement inférieur à 300 ms et inférieur à 700 ms pour la page d’accueil et les articles respectivement. Pour un blog WordPress, c’est probablement difficile de faire beaucoup mieux, surtout en payant 3 ou 4 € par mois seulement…

Pourtant, le hasard a fait que j’ai gagné un hébergement d’un an chez SiteGround, un hébergeur d’une toute autre nature. Pour WordPress, ses offres commencent à 8 € par mois et encore, pour profiter vraiment de ses avantages, il faut payer (beaucoup) plus cher et viser les offres « GrowBig » (13 € par mois en temps normal) ou « GoGeek » (24 €) pour bénéficier de toutes les fonctions avancées. Comme on peut vite le constater, on est dans un tout autre univers en matière de tarifs, et j’ai été vraiment ravi de gagner un abonnement d’un an, d’autant que c’était à l’offre la plus élevée. Pour la première fois depuis que le je blogue, j’allais connaître un hébergeur haut-de-gamme et voir la différence avec les mutualisés entrée de gamme que j’avais toujours connu jusque-là.

siteground-offre

À ce tarif, on ne s’attend pas à ouvrir le capot et à repartir les mains pleines d’huile. De fait, toute ouverture de compte chez SiteGround donne droit à un transfert de blog WordPress gratuit. Il suffit d’en faire la demande en donnant, quand même, un accès à son ancien hébergeur, que ce soit avec les identifiants au « cpanel » de l’hébergeur, ou au compte FTP selon les cas. Quand c’est fait, vous n’avez plus qu’à laisser les techniciens de SiteGround faire leur travail.

Dans mon cas, il n’a fallu que deux heures entre le moment où j’ai demandé le transfert, et le moment où on m’a envoyé un message avec les instructions pour tester le blog sur ma machine (modification du fichier hosts avec l’adresse IP du nouveau serveur IP) et celles pour pointer le nom de domaine au bon endroit. Cette première expérience fut une excellente surprise : tout s’était extrêmement bien passé et, certes, mon blog n’est pas compliqué, mais j’ai suffisamment perdu de temps par le bassé avec PHPMyAdmin pour ne pas avoir envie d’en perdre encore.

Depuis ce transfert, j’ai changé les serveurs de Web4All par ceux de SiteGround du côté du nom de domaine, attendu un peu et… voilà. À l’heure des bilans, le blog est extrêmement rapide avec ce nouvel hébergeur, mais c’est bien le minimum quand on sait que l’offre est facturée près de 24 € par mois aux clients normaux ! Et c’est un peu ce qui me gène, au fond : la différence de ce prix est si énorme par rapport à Web4All, que je m’attendais à mieux.

J’ai essayé de mesurer trois chargements de page avant et après le transfert : la page d’accueil, un article un peu lourd et une page particulièrement exigeante pour la base de données, à savoir une page de recherche. Voici les résultats, mesurés avec Pingdom et comme vous pouvez le constater, la différence n’est jamais vraiment significative, sauf pour la recherche. Pour le reste, Web4All n’avait peut-être pas la puissance de SiteGround, mais le cache que j’avais mis en place était si efficace que je ne servais que des pages statiques aux visiteurs… et manifestement, cela suffit largement ! (version 100 %)

web4all-siteground

Un hébergeur premium, à quoi ça sert ?

Le constat paraît sévère et je ne voudrais pas paraître ingrat. Un hébergeur comme SiteGround est loin de n’avoir aucun intérêt, mais il ne faut pas espérer payer plus cher en pensant doubler, voire tripler la vitesse de son site simplement en changeant d’hébergeur. Ce qu’une offre premium comme celle de SiteGround peut offrir, ce ne sont pas des serveurs plus puissants, c’est un service et un confort.

Le confort, c’est par exemple de proposer une solution de cache clé en main. Chez Web4All, j’ai passé des semaines à expérimenter des modules de caches, tester sur plusieurs jours des configurations, voir leur impact à l’usage, vérifier si l’un était plus rapide que l’autre, cocher et décocher des cases… C’est un processus pénible et même après avoir passé tout ce temps et après avoir trouvé le bon, j’avais encore des problèmes avec ma solution. Je ne suis pas un expert et WordPress n’est pas mon métier : je bricole, ça me prend du temps, et le résultat n’est jamais totalement satisfaisant.

Avec SiteGround, on installe un blog en un clic et on active le cache conçu par l’hébergeur en un deuxième clic. Et ce n’est pas n’importe quel cache, c’est une solution qui combine ce qui se fait de mieux aujourd’hui en la matière : cache statique et dynamique avec Varnish et Memcached… c’est un peu technique, mais sachez que ce sont des solutions habituellement inaccessibles à moins d’avoir son propre serveur. Ici, dès l’offre « GrowBig », on en bénéficie et ce cache est, à vue d’œil, aussi rapide qu’un site entièrement statique, sans perdre les avantages du dynamique. Tous les changements sont immédiatement répercutés, je n’ai jamais vu la moindre page en retard, alors que j’avais en permanence de vieilles copies avec WP Super Cache.

supercacher-siteground.jpg

Ce système de cache est, de loin, le meilleur que j’ai testé jusque-là sur WordPress, car il est à la fois extrêmement simple — il n’y a presque aucune option ! —, tout en étant rapide et puissant. Malheureusement, il n’est proposé qu’avec les offres de SiteGround et c’est aussi pour cela que l’on paye l’hébergeur plus cher.

L’autre chose que l’on paye, c’est le support. Web4All est un tout petit hébergeur à taille humaine où l’on peut discuter et c’est très plaisant, mais c’est aussi une association où personne n’est censée vous répondre, puisque personne n’est vraiment payé pour vous répondre. Chez SiteGround, si j’ai une question, j’ai un formulaire et j’aurai une réponse, en général dans l’heure ou les deux heures qui suivent. Ayant une offre un petit peu plus chère, le support est prioritaire, mais je dois reconnaître qu’ils ont toujours été très efficace, à la fois rapides pour répondre et avec des réponses précises et utiles.

Mieux, quand la première personne n’a pas la réponse, elle pourra poser la question à son supérieur et remonter l’information jusqu’où il faudra. Ainsi, j’avais un problème avec le cache qui ne s’activait pas correctement et il a fallu que j’insiste un peu, mais après quelques jours et une dizaine d’interlocuteurs, une personne qualifiée a analysé mon problème en profondeur et trouvé la solution. C’était vraiment agréable.

Le seul problème à noter à ce sujet, c’est que l’hébergeur est américain et que tout le support se fait exclusivement en anglais. Si vous ne maîtrisez pas la langue et si vous n’en avez pas une maîtrise technique, vous ne pourrez rien en faire. Dans ce cas, mieux vaut se tourner vers un hébergeur francophone… Notez au passage que SiteGround a un data-center européen et que les performances en France sont excellentes.

Pour conclure…

Pour répondre au titre de cet article, tout l’enjeu est, au fond, de savoir ce que vous voulez investir. Avec peu d’argent, mais du temps, on obtient d’excellentes performances chez un « petit » hébergeur, que ce soit un mutualisé d’entrée de gamme comme Web4All ou OVH, ou un petit VPS comme DigitalOcean. Si vous n’avez pas de temps à perdre en revanche, un hébergeur comme SiteGround fait le travail à votre place : vous n’avez plus à vous soucier de rien, uniquement des contenus.

Il y aurait d’autres paramètres à évoquer encore, comme la sécurité — SiteGround offre un certificat SSL avec ses offres haut-de-gamme —, mais je pense que l’essentiel, c’est vraiment le confort et le support. À vous de voir si cela vaut une vingtaine d’euros par mois !

Photo couverture

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s