WordPress mutualisé et rapide, c’est possible — partie 2 : mettre en cache

De manière générale, limiter le nombre d’extensions est une bonne règle pour accélérer un blog WordPress. C’est ce que l’on avait vu dans la première partie de cette série consacrée à l’optimisation. Néanmoins, certains plugins sont utiles pour optimiser son installation et accélérer son blog, à commencer par un système de cache.

Bizarrement, WordPress a été conçu pour utiliser un mécanisme de cache, mais ses concepteurs n’ont intégré aucun système qui permet de le faire concrètement. Il faut donc passer par un plugin et l’offre est pléthorique. Lire la suite « WordPress mutualisé et rapide, c’est possible — partie 2 : mettre en cache »

Publicités

WordPress mutualisé et rapide, c’est possible — partie 1 : les extensions en trop

Depuis que j’ai ouvert mon blog sous WordPress, je sais que je ne dois pas utiliser trop d’extensions. On nous dit constamment que c’est le piège à éviter et qu’il vaut mieux en supprimer le plus possible.

Je suis tombé, moi aussi, dans le piège des extensions. Il faut dire que c’est la force de WordPress : avec près de 28 000 extensions enregistrées sur le site officiel du projet, on a de quoi faire et il y en a vraiment pour tout. C’est d’autant plus tentant qu’il n’y a rien de plus simple que d’installer une extension. Depuis l’administration de son blog, on saisit un sujet, on regarde les extensions proposées et deux clics plus tard, on a enrichi son blog.

Pourtant, l’avertissement que je reçois depuis des années n’est pas un avertissement en l’air : mieux vaut effectivement limiter au maximum les extensions. Je ne suis pas de ceux qui conseilleraient de les supprimer toutes pour autant. Certaines sont très utiles et une extension ne fait pas de mal en soi. Malgré tout, il faut reconnaître que, de manière générale, un blog léger en extensions est un blog plus rapide.

Lire la suite « WordPress mutualisé et rapide, c’est possible — partie 1 : les extensions en trop »

WordPress mutualisé et rapide, c’est possible — préambule

WordPress est un CMS utilisé par plus de soixante millions de sites, ce qui en fait le système de gestion de contenus le plus utilisé sur internet. Un argument solide quand on veut choisir de lancer un site ou un blog, mais WordPress a mauvaise réputation. Au fil des années, il s’est enrichi de fonctions ajoutées aux fonctions, si bien que l’on est bien loin, aujourd’hui, du simple moteur de blog de ses origines. Devenu une grosse usine à gaz, ce moteur a la réputation d’être lent, surtout quand on n’a pas les moyens de se payer un vrai serveur dédié.

Héberger un blog sous WordPress sur un hébergement mutualisé condamne-t-il à avoir un site lent ? C’est un peu ce que je croyais aussi, avant de me pencher sérieusement sur la question. Hébergé sur une offre mutualisée « pro » d’OVH qui me coûte une soixantaine d’euros par an, mon blog personnel a longtemps nécessité plusieurs secondes de chargement par page. Pour mon travail, il a longtemps servi de maître étalon pour pousser un navigateur à bout. Il faut dire que j’aime les (grosses) images et que je bidouille un thème depuis des années, sans jamais me soucier de performances.

Après quelques recherches et un travail étonnamment assez simple, j’ai réussi à obtenir de très bons résultats. La page d’accueil charge entièrement en moins d’une seconde, les autres pages et articles nécessitent environ une seconde. Un résultat impressionnant, sachant qu’il me reste une marge de progression encore importante. Je suis loin d’avoir épuisé les possibilités en matière d’optimisation WordPress, mais je suis déjà bien content de ce que j’ai pu faire, souvent très simplement et rapidement.

Je lance ce blog avec cette série sur l’optimisation de WordPress. Oui, on peut obtenir un blog rapide, même avec une offre mutualisée bon marché. À très vite pour les premiers trucs…